Nathanaël Magen

nathanael-magenPercussionniste soliste (makè), chant

Nathanaël Magen est né en 1977 à Tanger. Après avoir passé les deux premières années de sa vie au Maroc, il part avec sa famille pour la France puis retourne sur le continent africain pour le Congo où il vit pendant huit ans. C’est là-bas qu’il a son premier contact avec les percussions, s’initiant dès l’âge de 6 ans au Tam-Tam avec le groupe N’gavuka. Il découvre le Gwoka lorsqu’avec sa famille il vient habiter l’île de son père : la Guadeloupe. Là-bas il a pour premier « Maître » Henri Délos à Ste Rose, suit les cours de l’Académie du Ka de Pointe-à-Pitre, de Jocelyn Gabali au Lycée de Petit Bourg, puis devient élève et disciple d’Armand Achéron.
Ex-membre des groupes  Pomme Liane et Poukoutan’n il joue à l’occasion du Festival de Gwoka et du Festival International de la commune de Sainte-Anne, ainsi qu’au Festival de Percussions Caribéennes en Martinique et à Saint Martin. Il a également collaboré avec Éric Négrit, Esnard Boisdur, Éric Cosaque, Van Lévé et Kannida.
A l’âge de 17 ans Il fait une apparition dans « Gwoka, l’âme de la Guadeloupe ? » un film documentaire réalisé par Caroline Bourgine et Olivier Lichen, véritable témoignage audio-visuel, recueil d’images et paroles rares de grands « Maîtres Ka » aujourd’hui disparus. Plus tard il enregistre les albums « Liénaj » avec le groupe Kalbass Ka puis « Gèl a yo » avec Poukoutan’n aux Abymes, joue au Centre Des Arts de Pointe-à-Pitre et à l’Auditorium de Basse-Terre avec le Big Bang Ka dans un spectacle réunissant une trentaine de musiciens dont  vingt percussionnistes parmi les meilleurs de la Guadeloupe.
Lors des nombreux « lewoz » (soirées traditionnelles) auxquels il a participé, Il a marqué les pas de grands danseurs comme Mario Coco, Raymond Bénabeu, Carnot, Antoine Sopta, Lucina Lipo, Cathia Geoffroy, Man Soso, Lucien Selbonne, Lucy Jaquet, Raymonde Torin, Bébé Rospard, Daniel Losio… , et il a accompagné au tambour de célèbres chanteurs : René et Franky Geoffroy (dit Zagalo), Jean-Marie Lurel, Jean-Louis Dick , René Perrin, Michel Laurent, Guy Konket…
Selon Nathanaël « l’apprentissage du Gwoka repose sur l’écoute et les conseils des Aînés, incontournables détenteurs  d’un savoir-faire séculaire ».
De retour en Métropole en 2001, il intègre  le groupe Kalbass pratiquant plusieurs styles musicaux caribéens comme le bélè, la buiguine, la mazurka ou encore le quadrille. Par la suite, ressentant le besoin de se consacrer pleinement à la musique traditionnelle guadeloupéenne, il entreprend avec ses soeurs et sa compagne de former des joueurs et des danseurs afin de créer une « vie de Gwoka » sur Marseille.
Aujourd’hui Nathanaël Magen dirige le groupe MASSILIA KA.

Les commentaires sont clos.